Qu’es acò ? et soirée Rock et Pop

© La reproduction des photos et textes pour publication est soumise à droits et autorisations

Dimanche 3 Mars – 16 H – LACHAU  Salle-des-Fêtes

16H-19H – Qu’es acò ?
Deviner en provençal, patois, langue d’oc… le nom et l’usage d’objets bizarres ou oubliés 

La Tribune 14 mars 2013

Article d’Hélène Lambert paru dans La Tribune du 14 mars 2013

Dauphiné Libéré 7 mars 2013

Article de Brigitte Bonnaire paru dans le Dauphiné Libéré du jeudi 7 mars 2013

Il y en a qui lèvent le doigt et vont essayer de deviner en provençal!

Il y en a qui lèvent le doigt et vont essayer de deviner en provençal!

Cliquer pour voir le diaporama complet du Qu’es acò ?

Qu’es acò ?

Sorte de « schmilblick », ce jeu en patois , provençal, nissarte, langue d’oc, se joue de 20 à 50 participants  de tous âges* et sensibilise à la langue d’oc : rigolade  et découverte  d’ objets inconnus et de leurs usages : durée moyenne deux heures (*impératif: savoir parler et entendre encore un peu!).

André Clary et Miette

André Clary et Miette avec une drôle de cage

Expérimenté pour la troisième fois à Lachau le 3 mars 2013 , c’est un jeu original de l’Université Buissonnière inauguré à ARDEMA en 2011,  réitéré à Lachau en 2012, où il s’agit de deviner le nom et l’usage d’un objet inconnu, récent, ancien et/ou bizarre… avec en Maître de Cérémonie notre indispensable André Clary, de Vers-sur-Méouge, chantre de l’oralité locale (Dédé pour les intimes).

Roger Lattard et André Clary

Une table pleine d’objets dont il faut deviner le nom et l’usage, mais en provençal! Qu’es acò ?

Questionnement, commentaires, réponses se font obligatoirement en langue d’oc avec l’aide «d’interprètes» locaux qui ont le sens du spectacle et parlent  facilement cette langue,  pour eux maternelle : en l’occurrence pour la séance du 3 mars, grand merci à Bernadette Aumage de Lachau, Raymonde et Guy Astaud de Montbrun et Roger Lattard de Saint Auban sur Ouvèze, zélés et patients interprètes du jour…

M. et Mme Astaud

Raymonde Astaud, animatrice d’une troupe appréciée de provençal à Montbrun, est venue assister les « interprètes ».

Si j’assume la maternité pleine et entière du scénario et de la mise en scène de ce divertissement, je dois néanmoins citer deux personnes  ressources à l’origine de l’invention du Qu’es acò, fort créatives sous leurs dehors discrets et qui en  y sont bien aussi pour quelque chose…

Brigitte Bonnaire, qui fut rédactrice du journal de l’école  de Séderon dans sa vie antérieure d’enseignante/directrice, avait initié une rubrique «Qu’es acò» dans son « canard» où il fallait découvrir un objet à partir de sa photo (le journalisme lui colle à la peau, car elle est  depuis  sa retraite « montée en grade » comme  correspondante locale du Dauphiné Libéré.)

Et Monique Amic, auteur des «soupes surprise» de nos veillées, pleine de ressources, qui  me suggéra, à la suite du premier jeu buissonnier en patois** de faire un jeu  nouveau où les objets ne seraient pas troqués mais resteraient à leur propriétaire: car  indiquait-elle avec justesse, personne ne veut se séparer d’un objet mystérieux ou rare… et comme je fais feu de tout bois, j’en ai tiré le Qu’es acò…. Grand merci aux deux inspiratrices buissonnières qui ont encore bien d’autres cordes à leur arc!

Ce jeu pourrait s’expérimenter dans n’importe  quelle langue, mais dans les Hautes- Baronnies, «le parler» que les anciens qualifient fièrement de «patois»***, qu’ils revendiquent comme tel, et malgré son abandon, enchante et nomme encore les lieux, les choses et les gens…

*** (le procès en sorcellerie pour mon éventuel mépris de la langue locale en la qualifiant de «patois » n’a pas lieu d’être, compte tenu que le mot « patois » est revendiqué par ses locuteurs)

Cette langue, pour moi arrière grand-maternelle, chante à mes oreilles… mais question oralité, je m’y débrouille comme un manche et mes balbutiants débuts se résument pour l’heure à Qu’es acò ? (qu’est ce que c’est ?)  Es pas acò! (prononcer espaco : ce n’est pas ça!) et Es acò! (c’est ça), ce qui fut aussi le cas d’une bonne partie des participants doués d’une aussi bonne volonté et pataude incompétence que moi…

Plein d'objets mystérieux sur une table

Plein d’objets insolites prêtés par Annie et Claude Ravoux Ravoux

Pour les objets: si pas d’objets, pas de Qu’es acò… Ici, point de musée à des lieues à la ronde, mais Annie et Claude Ravoux sont venus une fois de plus à la rescousse,  enthousiastes muséographes buissonniers qu’ils sont… Car pour la création du premier  Qu’es acò il avait fallu farfouiller dans tous les coins, buissonnier par buissonnier et objet par objet… Et au deuxième Qu’es acò, sans eux j’aurais  été  à court d’objets… Cahin-caha, nous passerons en revue une bonne trentaine d’objets introuvables, à deviner , nommer par les participants… tourner en tous sens pour trouver :  « D’ou ça vient, qu’es acò, à quoi  ça peut il bien servir ? »

Une boîte très étrange

Perplexité de tous devant cette boîte étrange …

Le Maître de Cérémonie présente un objet… Le temps que l’objet circule «silence dans les rangs » !!! Rigolades, commentaires… réponses anticipées… Le côté qui a vu, ne peut, ni ne veut attendre, et le côté qui n’a pas vu s’impatiente… Ma colère simulée ne trompe personne et le manège recommencera, tel un rituel à chaque  présentation d’un nouvel objet…

Mystérieux étui en bois

Miette présente un étui en bois. Pour quoi faire, ce truc? Perplexité…

Questions, propositions … Les «parleurs» sont nettement avantagés par rapport à ceux  qui ne connaissant que le français et qui doivent appeler l’interprète, faire traduire les propos projetés,  les retenir, se jeter à l’eau en ânonnant  courageusement un baragouin franco-proven-patois assez approximatif … et risquer le ridicule salvateur, déclencheur de fous rires! Comme cours de langue c’est un peu «light», juste une «sensibilisation», mais question rigolade et creuse-méninges c’est pas si mal … J’oubliais! Ils finissent par trouver … et vont chercher un lot à la table des cadeaux! Et à la fin, même si on n’a rien deviné, on prend aussi un cadeau, quand même… Car n’oublions pas qu’il s’agit de l’Université Buissonnière**** et que la compétition n’y a pas lieu! La  proximité de la tombée de la nuit voit se volatiliser tous ceux qui ont des poules ou autres bêtes…

Jean-Luc Heraud avec Elisa et Miette

Jean-Luc Heraud anime la soirée avec ses vinyles rock et pop. Merci pour ce « lifting » musical qui nous rajeunit!

La veillée s’est achevée avec un buffet partagé  et un changement  radical de registre : carte blanche à Jean-Luc Héraud, plasticien  et photographe qui réside à Vers-sur-Méouge et qui nous a fait partager sa passion, sa collection et son expérience de musique rock et pop!

Miette Ripert, le 22 mars 2013

troc et enchères à vers en 2009

Une après-midi de troc et d’enchères en juillet 2009 à l’ombre des noyers de Vers-sur-Méouge – Photo Brigitte Bonnaire

** joute oratoire sous forme de troc aux enchères dans un forum de bottes de paille

Créée lors de la fête votive de Vers sur Méouge, ce fut la première expérience de « divertissement/cours de langue buissonnier en patois /provençal/langue d’oc/nissarte…»,  scénario original et mise en scène bibi… Avec la complicité de deux inoubliables Maîtres de Cérémonie, André Clary et Jean Louis Ravoux, déguisés en genre de monsieur Loyal, et de 3 interprètes  courageux: Bernadette Aumage, Raymonde Astaud et sa belle sœur (en accord avec le comité des fêtes). L’auditoire d’une quarantaine de personnes,  chacun  assis sur sa botte de paille, amphithéâtre simulé, sous un noyer, au milieu du bout du monde, sur le Plan de la Mairie de Vers, chacun ayant apporté un objet à troquer mis à la convoitise de tous, alimentée par le commentaire ravageur des deux compères… Chacun qui voulait, en langue d’oc, prenait la parole pour convaincre l’auditoire avec la virtuosité de son argumentaire qu’il  méritait, devait remporter l’objet! Les interprètes, au milieu des participants, assistaient les incompétents en oralité provençale. Des anciens prenaient parti… soutenaient l’une contre l’autre… l’un contre l’une… Une fois que tous eurent compris la règle du jeu, pas tout de suite (un peu diesel!)… Mais quand ça démarre… après, ça roule!

22 07 2010 Villefranche

Enchères à Villefranche-le-Château, le 22 juillet 2010 – Fête de Sainte Marie-Madeleine et Fête du Tilleul

Cette expérience fut réitérée à la journée du Tilleul de Villefranche-le-Château l’année suivante, avec en renfort Jean-Louis Ramel .

****Université Buissonnière-La vie en œuvre : expérience temporaire de médiation culturelle rurale transcommunale, intergénérationnnelle, interactive et nomade,  initiée par une artiste (bibi), portée par une association loi 1901 minimale dont le siège est sis à la Mairie de Vers-sur-Méouge

Elle fait appel à « tout un chacun qui veut  participer pour mettre en valeur les potentiels de savoir, savoir faire et créativité: se reconnaître dans nos qualités et différences, là ou nous vivons. Proche des Universités Populaires, des réseaux d’échange réciproque de savoirs et du concept de recherche action, il y a un peu de chaque, mais ça n’est aucun des trois – et l’expérience évolue au fur et à mesure du temps et des expérimentations et prône  la gratuité dans la mesure du possible.

Nota bene : pour ceux qui sont intéressés par des cours de provençal, prendre contact avec Jean-Louis RAVOUX Association CAMINAN , Buis-les-Baronnies 

ARDEMA 05 03 2011

Qu’es acò ? à Pelleret, le 05 03 2011

© La reproduction des photos et textes pour publication est soumise à droits et autorisations 

Publicités
Cet article a été publié dans 2012-2013, Ateliers, Provençal. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s