Greffe, paniers, rempaillage, trocs de greffons et semences

© La reproduction des photos et textes est autorisée pour un usage personnel.
Elle est soumise à droits et autorisation pour toute publication ou utilisation commerciale 

Sans titre - 3

Tribune

La Tribune – Jeudi 18 avril 2013 – Article d’Hélène Lambert

dauphine bandeau

Dauphiné Libéré

Dauphiné Libéré – Mercredi 17 avril 2013 – Article de Brigitte Bonnaire

 

Dernier atelier intergénérationnel de l’Université Buissonnière
à Lachau, le 7 avril 2013
« Greffes, paniers, rempaillage, troc de plants greffons semences »

C’était la dernière séance de cinq ans d’expérience d’ateliers intergénérationnels nomades,  gratuits ouverts à tous, dans les divers villages qui  nous  ont accueillis gracieusement …

Yves, Marceau et Pierre

Yves, Marceau et Pierre en pleine démonstration de greffe

Greffe en fente et en couronne – Cliquer sur ce lien pour voir le diaporama complet

Pour le dernier atelier greffes je voulais rendre hommage à André Nicolas, d’Eygalayes qui fut  l’un des profs du premier atelier « greffes » à Vers-sur-Méouge, aux tout débuts de l’Université Buissonnière, et qui nous a quittés dans la chaleur de l’été 2012 . Gaby Bec de Mévouillon,  nous ayant laissé tomber pour cause de sa disparition, est passé de ce fait,  de prof qu’il devait être, dans la catégorie « hommage » rendu par notre assiduité à perpétuer ces techniques qu’il aimait transmettre. Pour ce faire, j’ai appelé à la rescousse les meilleurs greffeurs encore en forme dans la bande buissonnière, qui ont assuré du tonnerre et essuyé un  impressionnant raz de marée, d’amateurs de fente et couronne : Henri Amic, Marceau Amic, Pierre Bence, Pierre Begnis, Yves Marcadet,  Claude Ricard, Cyprien Roux qui ont pris le relais des plus anciens disparus ou mal portants. Les participants tirant à hue et à dia ont sommé les profs de démarrer, attaqué les ateliers suivants avant l’heure, et provoqué une belle  et joyeuse panique très conviviale mais bien ingérable, chose que je redoutais depuis longtemps … On ne savait plus où les mettre… plus assez de tables plus assez de place… Ouf…personne ne s’est fait mal!Le temps était superbe et moi empêtrée dans ma grippe…

Miette et Berndette

Bernadette attendait son plant de sagnes depuis belle lurette!

Le troc de plants et greffons fut gérable mais le troc de semences n’était  pas prévu pour autant de gens à la fois et cela tenait plutôt de la prise d’assaut que du troc… Le jardinage potager et le retour de variétés anciennes sont indiscutablement populaires je ne peux donc que  tous vous inciter à me proposer de remettre en circulation vos semences en surplus plutôt que de les laisser pourrir ou bouffer par les souris sur une étagère. Les anciens s’échangeaient des variétés locales identiques pour les « renforcer »  disaient ils, pratique qu’il est bien temps de remettre à l’honneur, tout comme la transmission du patrimoine potager local bien compromis par l’adoption des  hybrides « F1 ».

Thierry Oger

Thierry Oger démarre un panier

Paniers – Cliquer sur ce lien pour voir le diaporama complet

Pour l’atelier paniers grand merci à Thierry Oger, berger vannier des montagnes, qui a  suivi  pas à pas les apprentis du panier rond en osier sauvage,  qui est aussi la base du fameux panier dit « pasturié » en  ossature de tatinier (viorne flexible) et en tressage de
« doubluge »(clématite blanche) qui faisait partie du quotidien il n’y a encore pas si longtemps pour « donner » le foin aux bêtes.

Tierry montre le démarrage d'un fond de panier

Les modèles de paniers  ronds sont jolis- Il ne reste qu’à faire pareil…

Principe de démarrage  de la croisée du fond: 4 bâtons de saule ou d’osier fendus au centre : dans chaque fente on introduit un bâton de la même taille, on ligature le tout, cintre chaque bâton pour former un soleil. Puis on tisse dessus, dessous, avec un brin plus fin. Quand le cercle est fini, on engage un osier bien long taillé en pointe dans  le prolongement de chaque bâton, puis on replie verticalement. Puis un rang ou deux de blocage et on continue le tissage : on finit par la bordure et l’anse.

Claude Ricard

Claude Ricard commence le rempaillage d’une chaise

Les rempailleurs à l'oeuvre

Le rempaillage connait un succès toujours grandissant!

Rempaillage des chaises – Cliquer sur ce lien pour voir le diaporama complet

Pour l’atelier rempaillage de chaises à la sagne (jonc local des prairies humides devenu  bien rare), notre très populaire et précieux Claude Ricard a assuré une fois de plus avec un rythme d’enfer, car les élèves rempailleurs sont impatients et indisciplinés,  mais on les aime bien comme ça… La sagne humidifiée d’avance est torsadée sur elle-même de manière à former une sorte de ficelle que l’on vient croiser  à la hauteur de chaque pied.

Sagnes pour le rempaillage des chaises

Sagnes locales- Ce sont ces longues herbes de nos zones humides qu’il faut protéger (en voie de disparition)

J’ai encore quelques plants de sagne pour ceux qui veulent la faire perdurer (jardins secs s’abstenir). Je ne sais toujours pas quel est son nom exact car sagne désigne une zone humide et de nombreuses plantes en France sont désignées par sagne, mais à force de questionner, la dénomination exacte française et latine ne va pas tarder. Si vous en savez plus on vous écoutera avec plaisir.

Mircea Paillet

Mircea Paillet supervise le façonnage d’une haie vive en croisillons de tiges de saules

Mircea Paillet, vannier à Eourres, a de manière impromptue, montré l’art de la haie vivante en osier tressé : de longues tiges d’osier sont bouturées, tressées  et attachées en losange pour façonner un treillis et s’enracineront pour créer une haie végétale vivante.

Monique Amic sert la soupe

Monique Amic nous a préparé une nouvelle et délicieuse « soupe surprise » pour laquelle personne n’a trouvé la composition exacte, comme si souvent!

La veillée s’est poursuivie en buffet partagé avec la dernière soupe  surprise de Monique Amic.

Elle nous en confie la recette, pour 6 personnes:

Ingrédients
3 oignons
3 gros blancs de poireaux
1 grand bocal de haricots blancs cuits au naturel
1 cuillère à soupe de  concentré de tomates
1,5 l de bouillon de poule
30 g de beurre
10 cl de crème fraîche , 1 cuillère café de miel, persil, cerfeuil,sel , poivre ou piment d’Espelette
Préparation:
Faire suer dans le beurre sans colorer les oignons et blancs de poireaux, sans les laisser blondir, 15 minutes
Ajouter le miel, les haricots blancs et leur jus, le concentré de tomates et le bouillon. Mélanger et laisser cuire 15 minutes sur feu doux. Saler, poivrer (ou piment d’Espelette)
Mixer ou mouliner au moulin à légumes. ajouter la crème fraîche. Rectifier l’ assaisonnement si nécessaire. Parsemer de cerfeuil et de persil ciselés.
Monique
Partage de la ronce en deux liens

La ronce débarrassée de ses épines (grattées) est fendue et séparée par le milieu pour en faire des liens à « coudre » la paille

Miette Ripert

Miette prépare le démarrage d’un fond  de « bounde » avec la molinie dont elle va faire une spirale cousue avec le fil de ronce

L’accalmie de la digestion ralentissant  nettement le rythme m’a permis de montrer le principe de la fabrication des « boundes » et autres « paillassous » en paille de seigle ou molinie, cousue en colombin avec du fil de ronce pour fabriquer des formes de jarres, paniers, corbeilles que nous avait apprises Yolande Madiot  l’an dernier.

Paniers en paille

Paniers en paille de molinie, cousus au fil de ronce, créations de Yolande Madiot

C’est une technique locale très ancienne pour des contenus précieux pour les paysans, à savoir le grain et tout un tas de denrées alimentaires qu’il n’était pas  simple de conserver intacts d’une récolte à l’autre. Quelques caves en recèlent encore quelques exemplaires. Pensez à les photographier en mettant un étalon de mesure à côté car ils sont souvent  en piteux état et il est intéressant d’en garder la  forme .

Michel Pollet

Michel a fabriqué une vielle de A à Z. Le son est très réussi! Reste à trouver des partitions!

Cerise sur le gâteau, après dégustation de ses brioches, Michel Pollet nous a montré  l’objet de son jardin secret : la vielle qu’il vient de fabriquer tout seul de A à Z et ses sons oubliés et mélodieux …

Troc de semences

Animation autour des  semences de légumes et de fleurs

Nous avons donc dit adieu aux intergénérationnels pour ne conserver que les petits ateliers surprise chez l’un chez l’autre et proposés par tout un chacun, ce qui vous obligera à vous pré-inscrire et hop je vous appelle quand l’atelier est programmé! Nous gagnerons en souplesse et cela permettra une logistique gérable et plus raisonnable.

Le point positif des ateliers intergénérationnels était que plein de gens sont venus sans contrainte, sans inscription, ni adhésion, se sont rencontrés, ont échangé des savoir-faire et tissé des liens de sociabilité… Les points faibles: l’obligation de réserver les salles à l’avance  induisait un manque  total souplesse, ne permettait aucune improvisation ni annulation; l’impossibilité de savoir à l’avance le nombre de participants impliquait une difficulté logistique  insurmontable qui m’a conduite aux limites de l’action possible… d’autant qu’en dépassant la centaine de personnes, aucun atelier n’est possible, à fortiori quand on ne peut  le prévoir .

Pour résumer, ça continue un peu différemment : c’est vous tous qui  proposez de transmettre un savoir-faire  et  vous accueillez  le nombre de participants que vous avez fixé, chez vous ou dans votre village (je vous aide à l’envisager et l’organiser). Les participants se pré-inscrivent avec leurs coordonnés téléphoniques et mail, à l’avance, sur les thèmes ou ateliers qui les intéressent (voir programme distribué ou affiché dans les mairies et blog https://lavieenoeuvre.wordpress.com. Quand la date est choisie, je contacte les pré-inscrits pour leur dire où et quand a lieu l’atelier. Si cela leur convient, je les inscris pour de bon. Ils viennent le jour dit, aident à préparer l’atelier qui se déroule chez la personne qui accueille. On range tous  ensemble après. S’il a des frais de fournitures on se débrouille pour qu’ils soient minimes et on les partage.

Il  vous faudra être adhérent **  ou membre d’honneur ***et demander une attestation d’assurance de Responsabilité Civile à votre assureur*
*la Responsabilité Civile, c’est l’assurance de votre domicile. Il suffit de demander une attestation à votre assureur en précisant que c’est pour participer aux activités d’une association.
**adhésion annuelle 5 euros par an et par famille

***Membre d’Honneur (deviennent Membres d’Honneur  tous les profs ou personnes ressources. Ils  n’ont pas de cotisation  à payer )

Miette Ripert 

A noter prochaine permanence  de Miette en Mairie de Vers-sur-Méouge:
le 1er mardi de mai 2013 à 15H (7 mai)

Sur RV 06 66 80 00 31:
–  semences, plants, greffons pour ceux qui ont loupé le troc et en veulent, ou ont du      surplus à proposer
propositions, conseils, idées  pour créer son vêtement pour le défilé bucolique du 13 juillet 2013

Vannerie sauvage

Les nombreuses variétés  de tiges souples locales utilisables dans la vannerie sauvage

© La reproduction des photos et textes est autorisée pour un usage personnel.
Elle est soumise à droits et autorisation pour toute publication ou utilisation commerciale 

Publicités
Cet article, publié dans 2012-2013, Ateliers, Jardin bio, Recettes, Soupes, Vannerie et tressage, Verger bio, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s